Solidays: Prodigy et le chéri d'Ariane Grande, Mac Miller, déchaînent les foules

20 juin 2012

Parmi les premiers invités à lancer les hostilités, l'ultra-talentueux Gaël Faye. Avec son flow empli de poésie, il a débuté la soirée sous le signe de l'engagement, évoquant notamment sa jeunesse dans son Burundi natal. A 20h pétantes, la grande scène Paris accueillait La Femme. Une autre ambiance, beaucoup plus festive et décomplexée, où le credo "s'ouvrir à l'autre" du festival a visiblement été entendu. Les interprètes du tube Sur la planche ont su faire danser leur public.

 

Toujours sous la bannière tricolore, Boulevard des Airs a aussi fait forte impression sur la scène Bagatelle. Devant un public épars mais bien vite conquis, les attachants copains de Tarbes ont fait voyager leurs fans avec les hits Emmène-moi et Bruxelles, le tout avec pour toile de fond idyllique un coucher de soleil.

Avalanche de décibels

À la nuit tombée, les choses sérieuses ont véritablement commencé. D'abord avec Mac Miller, le rappeur de génie venu de Pennsylvanie. Le chéri d'Ariane Grande (qu'il avait propulsée en tête des charts à la faveur d'un featuring, The Way, en 2013) a tout simplement mis le feu au Dôme, livrant un set sans temps mort au son de ses plus grands tubes et des morceaux de son dernier opus, The Divine Feminine. Pendant ce temps-là, de l'autre côté de l'Hippodrome de Longchamp, le jeune Kungs faisait danser un jeune public en empilant ses tubes et des remixes de célèbres artistes pop/électro.

Alors que les douze coups de minuit résonnent, c'est au groupe britannique The Prodigy de sonner la charge sur la scène Paris. Les papys du big beat (genre mêlant breakbeat, rock alternatif et acid house) ont offert un récital devant un public déchaîné. 27 ans de carrière et une avalanche de classiques tels que Smack My Bitch Up, Voodoo People et Omen, revisités à grands renforts de décibels. La nuit s'est poursuivie dans une ambiance plus électronique encore avec notamment Vitalic et DJ Pone.

L'appel à Emmanuel Macron

Du côté des coulisses, et parce que Solidays n'est pas qu'un simple festival de musique, le ton est aussi donné. En conférence de presse, le patron du festival Luc Barruet a notamment interpellé le nouveau président Emmanuel Macron sur le fameux 0,7%. Invité, le nouvel élu ne devrait pas venir à Solidays. "On aimerait qu'il envoie un signe encourageant. Il a commencé en signant l'appel du Printemps solidaire, consistant à consacrer 0,7% de notre richesse à la solidarité internationale et au développement. On aimerait qu'il ne soit pas l'énième président à ne pas tenir cet engagement", a déclaré Luc Barruet.